De l’évolution au transhumanisme : l’enceinte Dutch & Dutch 8c

La D&D c est certes plus compacte que la B&W 802. Mais finalement avec le pied, la place occupée est assez similaire.

On le sait peu mais Charles Darwin, avant d’être un naturaliste, fut avant tout un audiophile. Et sa théorie sur l’évolution des systèmes de reproduction sonore inspira largement ses travaux plus tardif dans le domaine des sciences naturelles. Cela n’étonnera pas l’audiophile qui sait bien que l’adaptation continue de sa chaîne est le moteur essentiel de l’évolution. Dans son ouvrage La filiation de l‘homme et la sélection liée au sexe, Darwin note d’ailleurs que comme le paon qui a la queue la plus colorée est plus séduisant pour la paonne, le mâle humain qui possède la chaîne qui sonne le mieux sera préféré par la femelle humaine. Cette quête de la meilleure reproduction (à tous les sens du terme) explique l’évolution rapide depuis l’aiguille du 78t qui mécaniquement produit un son par amplification dans un pavillon à la chaîne hifi électromécanique moderne.

Bien entendu cette évolution n’est pas linéaire et si la première bactérie a une descendance variée qui s’étend du baobab au bonobo, on trouve toute une variété de matériel de reproduction sonore qui s’est développée depuis que la première aiguille s’est planté dans le premier cylindre (1). Cette diversité est particulièrement abondante dans le domaine des transducteurs.

C’est à ce point compliqué que toute une branche de la science se consacre à la taxonomie. Il faut dire qu’un haut-parleur est la combinaison de plusieurs éléments qui prennent des formes diverses:

  • Un moteur de conversion électromécanique : haut-parleur électrodynamique, ruban, piézoélectrique, électrostatique, plasma.
  • Un élément vibrant de matière et de forme variées : cône en papier, bextrène et autre formes de plastique, alliage métallique (aluminium, béryllium, titane), matériaux tissés (kevlar..), dôme du même métal ou surface de forme et de rigidité variable
  • De principe de diffusion, monopole, dipôle, bipôle, omni…
  • D’un type de charge des moteurs (enceintes closes, bass-reflex, pavillon, baffle plan.. ;
  • D’un nombre et positionnement des moteurs : hp large bande, système multivoie à 2,3,4 ou 5 voies, hp coaxial, configuration d’Appolito…

La nature et les fabricants d’enceintes ont semble-t-il essayé toutes les combinaisons possibles (2). Le zoologue, comme l’audiophile, éprouve un penchant naturel pour les formes les plus farfelues et étranges de l’évolution : blob, bertagni, ornithorynque, rehdeko, bose 901, axolotl… Cependant, malgré le charme des chemins de traverse, il faut reconnaitre que le mammifère représente la forme la plus « aboutie » de l’évolution et la plus communément observable. Dans le domaine de l’audio, l’équivalent serait l’enceinte électrodynamique à deux ou trois voies dans une charge bass-reflex voire close.

Mais à ce stade de l’évolution un nouveau mouvement apparait : le transhumanisme, où comment améliorer par la science les performances des espèces en particulier de l’humain. L’audiophile, en éclaireur des tendances, a bien sûr devancé ce mouvement en améliorant par la science les enceintes acoustiques. C’est ainsi qu’est apparu depuis moins de dix ans la version améliorée de l’enceinte traditionnelle : l’enceinte active trois voies à rayonnement cardioïde.

Tryphonblog dans un esprit ouverture scientifique se devait de lancer une expédition qui telle la pérégrination du Beagle, allait permettre de découvrir ces nouvelles espèces. Mais plutôt qu’aux Galapagos c’est vers le nord-est de l’Europe que notre expédition se dirige. En effet, la nouvelle espèce qui nous intéresse semble être endémique à cette région. Qu’on en juge par les différentes race que nous avons pu observer de loin :

  • de Belgique et Allemagne, la Kii Three,
  • au Pays-Bas la bien nommé Dutch & Dutch 8c,
  • en Germanie la GGNTKT M1 (pour ceux qui lisent mal l’allemand, cela se prononce Geggentackt),
  • et bien sûr en Finlande la famille bien connue des Genelec One.

Issue du croisement d’espèces endémiques de ces régions que sont les Hypex, IcePower, Grimm ou Geithain, c’est enceintes ont malgré des apparences très différentes, de nombreux points communs : amplification active en classe D, DSP intégré, trois voies, guide d’onde pour les hautes fréquences (3).

Comme Darwin, nous allons donc ramener de notre expédition des échantillons. Mais hélas, il n’est plus possible à notre époque de responsabilité sociale et écologique de procéder à une dissection des spécimens. Nous avons donc observé et surtout écouté le cri de ces enceintes en semi-liberté dans notre salon, avant de les relâcher dans la nature.

Quelquefois les tests imposent quelques approximations, sur les supports (en carton) et le réseau informatique (très provisoire!)

C’est avec la Dutch & Dutch que nous allons commencer notre étude.

Mais auparavant revenons sur le principe de ces enceintes. Si la première qualité d’une enceintes est d’avoir une courbe de réponse linéaire dans l’axe, cela n’est pas suffisant dans l’espace semi-réverbérant qu’est un salon (ou un studio d’ailleurs). La seconde qualité sera d’avoir une faible directivité afin d’élargir la zone d’écoute mais aussi que la linéarité de la courbe de réponse soit maintenue hors de l’axe. C’est bien sûr utile quand on a plusieurs auditeurs mais surtout cela garanti que les premières réflexions soient cohérentes avec l’émission primaire. On sait depuis longtemps que pour avoir une faible directivité il faut avoir des surfaces d’émission de taille sensiblement inférieure à la longueur d’onde ce qui a conduit tout naturellement à réduire la taille des haut-parleurs au fur et à mesure que la fréquence à reproduire augmente. Mais il reste deux problèmes plus difficiles à résoudre : gérer la directivité aux fréquences de transition entre hp (4) et le fait que la directivité diminue avec la fréquence. Pour régler ces complications, nos enceintes modernes font appel à plusieurs techniques dont bien sur des traitements numériques mais également par des émissions latérales en opposition de phase pour resserrer le faisceau d’émission des bas médiums / basses (5).

De face la D&D ressemble à une grosse enceinte bibliothèque deux voies. Elle est cependant assez profonde. De côté, on commence à entrevoir la complexité avec ces deux larges évents. C’est par ces évents qu’est émis le signal qui contrôle la directivité. La face arrière est entièrement occupée par les deux boomers et à la base toutes les connexions.

L’installation des D&D est assez différente de la mise en place d’enceintes traditionnelles. Outre le branchement d’un signal d’entrée (analogique ou numérique) et de l’alimentation secteur indispensable à des enceintes actives, il faudra en plus une connexion réseau rj45. En effet, avant la première utilisation, on effectuera différents réglages à l’aide d’un navigateur internet.

Le panneau de connexion

Nous ne tournerons pas autour du pot : le restitution des D&D 8c est vraiment superbe, bien meilleure que celle de nos enceintes habituelles. La capacité des enceintes à descendre en fréquence est sidérante compte tenu  du volume somme toute réduit des enceintes. Le reste du spectre est extrêmement bien reproduit. En particulier, le respect des timbres des voix est superbe. Bref c’est quasi parfait. Et ce d’autant plus que les multiples réglages permettent de retrouver ces qualités dans la plupart des circonstances, quelque soit la pièce et la disposition des enceintes dans cette pièce. De fait, les quelques 11000 € qui sont demandés pour une paire ne sont pas extravagants compte-tenu de la qualité sonore et du contenu technologique, puisqu’en plus des enceintes on embarque toute l’électronique – amplification et DAC – et un DSP extrêmement puissant. Une belle paire de moustaches (de Pleksy-Gladz) est donc de rigueur.

On voit bien sur le coté les évents qui contrôle la directivité au dessus de 100Hz.

Est-ce à dire que les Dutch & Dutch 8c sont sans défaut ? Sur le plan acoustique, peut-être. Par contre elles imposent une façon d’être audiophile très différente de nos habitudes. On ne passera pas son temps à définir le meilleur placement des enceintes et à jouer avec les supports et les câbles. Par contre, il sera indispensable de faire pas mal d’informatique sur REW (par exemple) et sur le réglage du DSP pour en tirer le meilleur. Parce que de la même façon qu’il est possible d’obtenir – avec du temps et les matériels (micro de mesure par exemple) et logiciel idoines – des résultats quasi-parfait, il est extrêmement facile par des mauvais réglages d’avoir une écoute médiocre. C’est un vrai changement d’univers. L’audiophile ne discutera plus de pied, de câbles, de choix de tubes ou de transistors mais il parlera devops, roadmap, patch et releases. Avec tous les problèmes que l’informatique moderne peut amener :  bug, régression sur les releases (6), dépendance à vis à vis du fournisseur qui est plus éditeur de logiciel que fabricant d’enceintes…

Il y a du monde derrière. Les deux hp de basse permettent de descendre vers les 20Hz.

La ventilation se fait sous l’enceinte. La hauteur des pieds étant faible, ça chauffe un peu malgré la classe D.

(1) Certains mouvements créationnistes contestent cette vision de l’évolution. Dans le domaine de l’audio et plus particulièrement des enceintes, nous y avons consacré précédemment un article.

(2) On pourra jeter un œil sur l’ouvrage du grand entomologiste Jean Hiraga Les Haut-Parleurs.

(3) On pourrait ajouter que les hp de basse, au moins deux par enceinte (quatre pour les Kii), sont invisibles depuis l’avant ce qui peut tromper sur la vraie nature de ces enceintes qui arborent de prime abord un certaine simplicité…

(4) Sur les enceintes passives traditionnelles, on augmente la pente des filtres ce qui pose d’autres problèmes.

(5) C’est le rôle des évents ou hp latéraux des D&D 8c et Kii. Il y a bien sûr des limites à ce principe et les fréquences très basses sont toujours omnidirectionnelles.

(6) Il semblerait par exemple que la release du 15 décembre n’ait pas été de tout repos…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s