Le salon du câble 2016

Le week-end du 26 et 27 novembre se tenait le traditionnel salon du câble audio organisé par la revue Haute-fidélité.

cable-sine
Même si on constate toujours des avancées audibles, il faut quand même déplorer une relative stagnation des progrès technologiques. En effet, la perspective de pourvoir constituer une chaîne hifi uniquement avec des câbles et se passer définitivement des lecteurs, amplificateurs et autres enceintes dans une installation haute-fidélité est encore fort éloignée. Et même si les fabricants et vendeurs de câbles étaient très largement dominant sur ce salon, il restait encore des quelques représentants des électroniques et haut-parleurs, bien qu’effectivement très minoritaires. Lire la suite

Publicités

Câble secteur: Don’t mess with my mojo baby, Yeah

Sur le long chemin de la haute-fidélité vers la perfection sonore, il est quelques découvertes qui ont durablement marqué l’histoire. On pense bien sûr à l’invention du haut-parleur électrodynamique par Rice et Kellogg, du transistor par Bardeen, Schockley et Brattain ou encore à la mise en œuvre du codage PCM sur disque optique par Phillips et Sony. Mais nul ne doute que la découverte la plus importante est celle de l’influence des câbles secteur par Bruce Richardson. Incompris à ses débuts, les revendeurs se moquant de cette prétendue « magie noire », Richardson appela son entreprise de fabrication de câbles « Voodoo ». Lire la suite

À l’insu de son plein gré

On se demande s’il faut rire ou pleurer des dénégations des sportifs pris les doigts dans le pot (belge) de confiture. Un nouveau stade a été atteint par cette coureuse cycliste belge dont le vélo électrique d’un ami (qui bien sûr est du même modèle, de la même taille et portait la même plaque de course que le sien) s’est retrouvé dans le parc coureur d’un championnat du monde.
Heureusement, le monde de l’audio est épargné par de telles pitreries. Ce n’est pas dans ce domaine, et en particulier dans celui des câbles, que l’on verrait de tels comportements. D’ailleurs, si par hasard une vidéo montrait un test de câble honteusement manipulé cela se saurait. Et si le patron du fabricant de câbles, Bill Low d’AudioQuest niait toute implication de son entreprise à cette mascarade où figure un de ses employés, on ne pourrait que le croire…

Une alimentation audiophile

La communauté scientifique a beaucoup étudié l’influence des matériels dans la qualité de restitution des chaînes haute fidélité, en particulier l’influence des câbles de liaison et surtout celle des câbles secteurs. La nécessité de contrôler efficacement les interférences électromagnétiques (EMI), les micro-inductions de surfaces et les miasmes divers qui perturbent l’environnement d’écoute est reconnue et de nombreuses solutions industrielles efficaces ont été développées pour cela par de brillants scientifiques tels que Belt, Cesari, Bybee…

Mais il y a un domaine dont l’étude est à notre avis insuffisante et qui ouvre des perspectives considérables d’amélioration de la qualité d’écoute : la diététique de l’audiophile. Pour développer ce sujet nous avons rencontré le docteur Termignon directeur des laboratoires Bledeccos. Une interview exclusive pour Tryphonblog. Lire la suite

To be and not to be

milouetchatSi il est bien connu que Tintin a un chien et que mon ami Archibald possède un chat siamois, peu de gens savent que j’ai moi aussi un animal de compagnie ce depuis fort longtemps. La manière dont je suis rentré en possession d’un chat mérite d’être contée.

En 1938, alors jeune thésard à l’université de Gand, je suivais les lectures d’Erwin Schrödinger avec lequel je ne tardais pas à me lier d’amitié. Schrödinger avait fui l’Autriche où sa situation devenait difficile en raison de son opposition au régime Nazi. Bientôt, je devins familier de la maison d’Erwin où régnait une ambiance joyeusement bohème entretenue par ses deux femmes Anny et Hilde et leurs deux filles. On a beaucoup critiqué Schrödinger pour son mode de vie libertin et pour sa supposée cruauté envers les animaux sur lesquels il se serait livré à des expériences à coup de marteau et de cyanure. Rien n’est plus faux et Erwin était très attaché à son chat. Aussi ce fut avec beaucoup d’émotion que j‘acceptai sa marque de confiance quand il me demanda de le garder à son départ pour l’Irlande (1). C’est ce chat qui m’accompagne depuis cette époque (2). Lire la suite

Un témoignage poignant

Cher Monsieur Tryphon,

Permettez-moi de vous écrire pour vous faire part de mon désespoir et vous demander de l’aide.
Mon mari souffre depuis quelques années d’une maladie que vous devez bien connaître, un psoriasis emendum audiophilis (PEA). Nous avons consulté de nombreux spécialistes et leurs pronostics sur les espoirs de guérison furent malheureusement très réservés. Je suis très attachée à mon mari et j’ai appris à vivre avec ce handicap. J’ai supporté ses achats compulsifs de matériels audiophiles aussi divers que variés. Bien sûr, j’ai pleuré quand il a dépensé une bonne partie de notre épargne retraite pour recâbler sa chaîne avec des câbles Crystal (des « Reference » et « Absolute dream », je crois). J’ai su m’adapter quand il a envoyé le réfrigérateur aux encombrants sous prétexte que ce dernier parasitait le réseau électrique domestique et dégradait le son. J’ai consolé notre fils lorsque mon mari a vendu sur le bon coin la montre suisse que lui avait offerte son grand-oncle Anatole pour s’acheter un palet presseur Dalby. Mais j’ai supporté tout cela car je l’aime et je sais que cette maladie est grave.Malheureusement, il y a quelques semaines mon mari est tombé sur ce site. Depuis, on peut sans doute dire qu’il est guéri de son PEA. Mais c’est hélas pour tomber dans une profonde dépression. Il n’écoute plus sa chaîne qui lui a (oserais –je dire nous ?) tant coûté. Il reste prostré dans le salon à regarder TF1 et en particulier « Secret story » et « Qui veut gagner des millions ». Il s’accable de reproches pour avoir ruiné notre famille à la recherche de chimère. Certes, le psoriasis emendum audiophilis est une maladie terrible mais la situation actuelle est bien pire. Je ne sais plus quoi faire. J’ai tenté de lui redonner le sourire en achetant à prix d’or un pressage original du Lieutenant Kije chez RCA living stereo. Je lui ai même lu la liste des « Stereophile recommended components » simplement vêtue d’une nuisette transparente, mais tout cela fut sans effet.

Je sais aussi qu’il a souvent trouvé dans votre blog un grand réconfort. Il y a découvert qu’il n’était pas le seul et que d’autres sont affectés de cette maladie. Je n’ai plus de solution. Je n’en peux plus. Aidez moi s’il vous plaît monsieur Tryphon.

Bien à vous.

Mme LXXXXX

Lire la suite

Complètement Stone

Il y a plusieurs manières d’améliorer les performances de sa chaine haute-fidélité:

  • Une première consiste à traiter la pièce d’écoute pour en contrôler les résonances et les réflexions. Outre une mise en œuvre délicate qui nécessite un appareillage et une démarche scientifique rigoureuse à l’opposé de l’esprit audiophile, cette optimisation va très vite, hors le cas d’un auditorium dédié, entraîner une dégradation du WAF(1) très dommageable à une écoute sereine. Et puis quel mérite à avoir un bon son dans un environnement étudié dans ce but? Ce serait comme faire des courses automobiles sur un grand circuit ovale. Ça existe, ça va vite mais où est le plaisir du pilotage ? On ne saurait donc recommander cette démarche.
  • Une deuxième solution est de tenter d’optimiser les différents appareils de la chaine, éventuellement en montant en gamme. Outre que l’accumulation de matériels divers dans le salon va lui aussi dégrader le PAF(2) et aussi le PAF(3), cette solution est socialement inégalitaire car les classes sociales les plus aisées auront accès à une meilleure écoute. Pour reprendre l’analogie précédente, quel plaisir y a-t-il à battre les Twingo au feu rouge quand on roule en Porsche ? Lire la suite