Pearl & Oakley : la perle de l’Orient

Le jeune Tintin jouant avec une enceinte Pearl & Oakley à Moulinsart.

Le jeune Tintin jouant avec une enceinte Pearl & Oakley à Moulinsart.

Au premier jour Dieu dit que le Son soit et le Son fut. Dieu entendit que le Son était bon et Dieu sépara le bon Son analogique du son numérique qu’il appela les ténèbres.

Au second jour Dieu dit qu’il y ait une étendue entre les sons. Et Dieu fit l’étendue et sépara les sons au-dessus de l’étendue des sons en dessous. Dieu appela les sons d’en haut Haute-fidélité et les sons d’en bas le bruit.

Au troisième jour, Dieu ordonna aux sons de se regrouper en deux canaux. Dieu appela cela la stéréophonie et dans l’espace vacant Dieu créa l’électronique. Dieu appela l’électronique Amplificateur afin que le son croisse et se multiplie. Et Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit qu’il y ait de la musique dans la haute-fidélité pour séparer le jour de la nuit. Et Dieu fit deux musiques. La Grande musique pour présider le jour et le Rock ‘n’ Roll pour présider la nuit. Et il eut le soir un grand concert des Rolling Stones pour achever ce quatrième jour.

Dieu créa la bande magnétique et le disque vinyle. Dieu créa les lecteurs et les platines. Et Dieu les bénit et dit croissez, multipliez-vous et faites de la musique. Et il y eut un concert de musique de chambre et un autre concert des Rolling Stones et ce fut le cinquième jour.

Puis Dieu dit : Faisons l’audiophile à notre oreille, selon notre ressemblance et qu’il utilise les disques, les platines, les amplificateurs et fasse de la musique. Et ce fut le sixième jour.

Le septième jour qui était un dimanche, Dieu laissa sont projet en plan et décida de faire un grand tour à vélo, parce qu’il n’y a quand même pas que la hifi dans la vie.

Ce septième jour, l’audiophile se trouva fort désemparé d’être laissé abandonné car Dieu n’avait pas encore créé le haut-parleur. Doté d’un fort sens pratique, l‘audiophile s’attela à la tâche de réaliser ce haut-parleur mais en l’absence de directive de Dieu, il faut bien dire que cette initiative partit un peu dans tous les sens.

Tous les sens, au sens propre, car Dieu qui voyait tout et entendait tout n’avait pas pensé au problème de la directivité et de la taille de la zone d’écoute. Et de fait, on vit apparaître de multiples solutions, pour ne pas dire différentes chapelles ou même religions.

La plus orthodoxe est celle d’un point de diffusion rayonnant dans une seule direction. Pour des raisons pratiques le point en question est en général un ensemble de haut-parleurs réunis dans une boite, qu’on appelle enceinte car son objet est de bloquer la diffusion du haut-parleur autrement que par la face avant de sa membrane. Un des problèmes de cette technique est que la zone d’écoute est forcément limitée car la directivité des hauts parleurs peut être forte et que la distance de l’auditeur avec chacune des deux enceintes stéréophoniques doit être très similaire. En effet le niveau perçu varie avec le carré de la distance entre la source et l’auditeur.

Autre possibilité, le dipôle, où la face arrière du haut-parleur rayonne en opposition de phase avec la face avant. Souvent utilisé pour les haut-parleurs à ruban et électrostatiques, le dipôle pose également des problèmes de positionnement dans la pièce d’écoute pour la gestion de l’onde arrière et de court-circuit acoustique aux fréquences basses. La solution hybride à la Martin Logan remplace ce problème par la difficulté d’intégration entre l‘enceinte des basses et le dipôle médium / aiguë.

Facile à insérer dans un appartement l'Infinity IRS. Toujours disponible sous la marque Genesis.

Facile à insérer dans un appartement l’Infinity IRS. Toujours disponible sous la marque Genesis.

Une des solutions les plus élégantes est l’enceinte à source linéaire. Le gros avantage est que le rayonnement cylindrique permet un affaiblissement du volume sonore proportionnel à la distance entre le haut-parleur et l’auditeur. En conséquence, la zone d’écoute optimale est très largement étendue par rapport à la source ponctuelle qui varie on l’a vu avec le carré de cette distance. Cette solution est très utilisée dans le domaine des salles de spectacle et des concerts. Malheureusement, pour le particulier les contraintes ne sont pas négligeables. En effet, l’efficacité d’une source linéaire est liée à un rapport proche de un entre la hauteur sous plafond et la taille de la source. Ce qui conduit à des enceintes (très) encombrantes et (très) coûteuses. Une parfaite illustration en est le système Infinity IRS d’Arnie Nudell : 108 haut-parleurs dans quatre colonnes de 2,3 m de haut pesant près de 700kg et coûtant 90000$ en 1980.

Reste la solution du haut-parleur omnidirectionnel ou quasi omnidirectionnel. C’est bien dans ce domaine que la créativité la plus débridée va pouvoir œuvrer, pour le meilleur et pour le pire.

Dans le meilleur, on va trouver des grandes entreprises capables d’engager des moyens scientifiques considérables pour élargir le « sweet spot » d’écoute. On peut citer comme exemple la JBL DD55000 Everest dont le pavillon très étudié vise à faire varier le volume rayonné en fonction de l’angle. A l’autre bout de la gamme, Canon, pour sa seule incursion dans le domaine de la haute-fidélité a développé les fameux « champignons » S-30, S-35 et S-50 sur des principes proches.

JBL DD55000 et Canon S50 deux exemple extrême du contrôle de la directivité.

JBL DD55000 et Canon S50 deux exemples du contrôle de la directivité.

Doté de moyens plus modestes, le suédois Stig Carlsson développe dans les années 60 et 70 les très populaires (en Suède du moins) enceintes Sonab, joliment dessinées, classiques si ce n’est que les haut-parleurs sont sur le dessus et que les multiples tweeters rayonnent dans différentes directions.

Enceintes Sonab

Enceintes Sonab

Pour le pire, nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer les enceintes Bose. Mais le pire n’est jamais sûr, et Tryphonblog se doit de mettre en lumière une perle dans ce domaine, la bien nommée enceinte Pearl and Oakley Victoria.

Commençons par décrire la grande (et unique) qualité de l’enceinte Pearl & Oakley : Si vous avez un intérieur classique voire même orientalisant, l’enceinte Victoria saura se fondre dans le décor. En effet, elle a l’apparence parfaite d’une grande jarre chinoise.

On se demandera juste comment un tel style pouvait être mis en valeur dans les auditoriums du début des années 1990. Mais ce n’est sans doute pas la seule raison de leur très faible diffusion.

Pearl & Oakley Victoria

Pearl & Oakley Victoria

Techniquement parlant, l’enceinte Victoria est une trois voies mais le classicisme s’arrête la. L’originalité commence par la matière de l’enceinte. La céramique semble un matériau idéal : rigide, peu apte à stocker l’énergie, facilement façonnable à la forme voulue (par exemple au hasard une jarre!). Les trois haut-parleurs ont chacun leur membrane à l’horizontale. À la base de la jarre on trouve le woofer qui rayonne par l’espace entre la base de la jarre et le pied, un superbe ouvrage en bois dans le plus pur style Ming. La face supérieure de la jarre supporte le tweeter. Enfin la face inférieure du couvercle contient le haut-parleur de médium. Ce couvercle est maintenu en lévitation par des entretoises métalliques. L’espace ainsi créé entre la jarre et son couvercle contient une double lentille acoustique en forme de soucoupe volante qui renvoie les sons médium et aigus dans toutes les directions.

Pour rendre justice à un tel effort de conception, il fallait une unanimité des commentaires d’écoute. Et de fait les commentaires de l’époque sont bien unanimes pour souligner le caractère affligeant de cette écoute.

Belle pièce de 90 cm de haut.

Belle pièce de 90 cm de haut.

Plan serré

Joli effet de craquelage sur la céramique.

Alors que faire si vous disposez d’une paire d’enceintes Pearl & Oakley ? Il faut bien sûr les conserver en raison de leur extrême rareté et même les mettre en valeur dans votre intérieur. Mais surtout ne les branchez pas, même pour écouter Turandot. Contentez-vous de mettre un petit panneau explicatif : « Enceinte Pearl & Oakley circa 1990. A obtenu un TTAward décerné par Tryphonblog »

Publicités

5 réflexions sur “Pearl & Oakley : la perle de l’Orient

  1. Permettez-moi d’intervenir pour soutenir cette enceinte que vous décriez fort injustement.
    Cette enceinte excelle pour l’écoute de certains styles musicaux peu connus en Europe mais très appréciés en Asie (d’où leur forme). Je n’est personnellement pas trouvé mieux pour savourer la musique Hi-pheng et Baï-chi …

    J'aime

    • Monsieur,
      Permettez moi de m’élever contre votre commentaire bien peu amène. Quand vous écrivez que Tryphonblog « décrie » les Pearl & Oakley » , c’est faire bien peu de cas d’un trophée aussi prestigieux que le TTaward que peu de réalisations hifi ont eu le mérite d’obtenir.
      Néanmoins, je dois reconnaitre que votre réflexion soulève un point intéressant. La faillite de Pearl & Oakley est due à l’absence de marché dans sa zone de diffusion alors même que la demande semblait exister ailleurs. On est très proche de l’analyse de la faillite de l’économie espagnole faite par l’économiste Boby Lapointe dans son célébre texte « Aragon et Castille ».

      J'aime

      • Cher Tryphon

        La destinée de cette enceinte aurait pu être bien différente si certains chroniqueurs quelque peu étriqués ne l’avait cantonné à l’écoute de Turandot où, il est vrai, elle ne peut donner le meilleur d’elle-même.
        En dehors des musiques asiatiques auxquelles je fais référence, cette enceinte reproduit fidèlement toutes les subtilités de la grande musique contemporaines à savoir Patrick Sébastien, Bézu, la Bande à Basile, sans parler de Tete Lamparo qu’on ne présente plus.

        J'aime

  2. Pingback: Une affaire de câbles | Tryphonblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s