Nixie land – Préampli-tuner Revox A720

Nous allons aujourd’hui sortir de la cave un appareil injustement méconnu, le préampli-tuner (nos amis anglophones utilisent le terme de preceiver) Revox A720. Non que le A720 soit un produit absent de la mémoire des audiophiles, bien au contraire. Mais sa réputation est basée sur un simple critère technico-esthétique : son affichage numérique de la fréquence d’accord par tubes nixie. Nous allons voir que cet appareil a bien plus à offrir que cet afficheur.

Loin de nous l’idée de dénigrer ce dernier. Au début des années 1970, l’affichage numérique est à la mode, et en 1973 les montres à diodes électroluminescentes, puis à LCD envahissent le marché. On imagine bien que pour un fabricant de tuners, l’idée d’afficher la fréquence d’accord directement en chiffres permet d’évoquer l’implacable précision des montres à quartz. Mieux encore, alors que les technologies d’affichage numérique sont encore balbutiantes, l’utilisation des afficheurs nixie permet d’associer la précision numérique aux nombreux appareils de laboratoires utilisant ce type d’affichage. C’est donc cet affichage que Revox a choisi pour son nouveau haut de gamme sorti en 1973. Et on comprend que l’amateur de hifi soit séduit par le résultat (1).

Mais le A720 ne se résume pas à cet affichage de la fréquence d’accord, aussi beau soit-il. Il s’agit d’abord d’une forme d’appareil assez rare, le préampli-tuner. L’idée de séparer l’électronique de contrôle et de réglage (syntonisation, balance, commutation des sources, courbe de réponse) de l’électronique de puissance semble assez naturelle. Mais avant le succès du home-cinema, peu de constructeurs de matériel audio se lancèrent dans cette voie. Revox (A720, B739, B286) et McIntosh (MX110, MX113, MX114) furent les principaux promoteurs de ces appareils. Mais globalement les ventes demeurèrent faibles, l’offre limitée ne permettant pas de créer un marché identifiable pour ce type d’engins.

Constructeur de magnétophones réputés, Revox est jusqu’au début des années 70 un constructeur d’électroniques assez ordinaire. Non que la qualité ne soit pas présente, mais l’esthétique et les spécifications des A76 et A78 sont assez quelconques. Le A720 en complément du A700 est l’occasion pour Revox de monter en gamme et d’innover pour la partie tuner avec les nouvelles technologies qui vont révolutionner les tuners à partir du milieu des années 1970. Synthèse numérique de la fréquence d’accord, mémorisation des stations, optocoupleurs dans les circuits… , le A720 est le prototype des technologies qui vont assurer le succès des séries (un peu) plus démocratiques B7nn et B2nn. Contrairement au B760 plus tardif et plus « informatique », la mémorisation des cinq stations se fait par cinq circuits d’accords. Pour ce faire, il y a donc 15 boutons tous plus chromés les uns que les autres, cinq pour régler la fréquence en Mhz, cinq pour régler les kHz et cinq pour choisir la station écoutée. Toutes ces commandes sont regroupées sur un large tiers droit de la façade de façon assez ergonomique. À l’opposée, sur la gauche, on retrouve les commandes les plus usuelles, interrupteur marche/arrêt, potentiomètres de volume, de balance et de sélection des sources. Au milieu, on trouve le loudness, les filtres passe-haut et passe-bas et les correcteurs de tonalité. Tout cela est fort bien organisé.

Toutes le commandes du tuner sont regroupées sur la partie droite.

En fait, tout comme l’ergonomie de la façade, le A720 a été pensé dans les moindres détails pour faciliter la vie de l’utilisateur.  On trouve par exemple :

  • la possibilité de régler sur 20db le niveau de sensibilité de chacune des cinq sources connectables (deux phonos, deux magnétophones et un auxiliaire) pour éviter les brusques sauts de volume lors des commutations de source.
  • Un circuit commutable optimise la localisation lors de l’écoute au casque
  • Il y a deux circuits de sortie vers des amplificateurs. Lorsqu’on utilise les sorties DIN, leur mise en service permet d’allumer à distance les amplificateurs, du moins tant que ces amplificateurs sont compatibles comme par exemple les Revox A722.
  • On trouve aussi au dos de l’appareil une prise pour une télécommande (filaire bien sûr – on n’est qu’à l’aube des années 70 ).

Au chapitre des regrets, on retrouve le contact spongieux des potentiomètres linéaires à pistes carbone déjà rencontré sur le A700. Et alors qu’on s’attend à ce que toute la rangée de boutons supérieurs soit lumineuse, en fait seuls ceux de stéréo et de muting le sont. On déplorera également que dans la grande tradition Revox, les prises cinch à l’arrière de l’appareil soient tellement rapprochées que le choix des câbles soit des plus restreints. Sans parler du choix encore plus limité de câble secteur puisque celui-ci est fixe.

Family business

L’amplificateur qui accompagne de manière naturelle le préampli-tuner, le A722 semble sensiblement moins haut de gamme. Ses 45 W par canal semblent bien modestes en 2019 mais sont plutôt dans la moyenne haute de 1973. Sa construction compacte avec les flancs en bois a imposé la mise en place d’une ventilation forcée à l’aide d’un gros ventilateur horizontal. Ce qui gêne aussi un peu en 1979, ce sont les prises de haut-parleur au format DIN. L’audiophile – toujours joueur – pourra demander à son auditorium favori ce que Kimber, MIT, Nordost, Cardas et autres peuvent offrir comme câbles compatibles.

En 1977 le A720 est vendu plus de 8700 frs, ce qui positionne l’appareil déjà franchement dans le domaine du luxe. Le A722 était à vous pour la somme plus raisonnable (pour un Revox) de 2600 frs.

Si les A700 et A720 viennent de Suisse, le A722 vient indifféremment de Regensdorf (CH) ou de Löffingen (DE).

Conservés dans des conditions inconnues avant leur acquisition par les frères Loiseau et leur redécouverte dans les caves du château, ces composants Revox ne présentent pas de problèmes majeurs. Après vérification de quelques composants, tout est en ordre à l’exception des vu-mètres du tuner qui ne fonctionnent pas. On ne s’en étonnera pas quand on voit la piètre qualité de ces galvanomètres, indigne d’une marque comme Revox. Des refabrications sont cependant disponibles sur le net à un prix quelque peu dissuasif cependant.

Les conditions d’écoute à Moulinsart ne sont guère favorables à l’ampli Revox, dont les 45w peinent à contenir les enceintes de références habituées à plus de grip. Il en résulte une atténuation des infra basses et une tenue imparfaite des basses qui donne un peu l’impression d’un bas de spectre envahissant et monolithique. L’audiophile optimiste – un oxymore – sera de toute façon heureusement surpris d’entendre un son sortir de cet ensemble combien même les câbles secteurs fixes ne permettent pas d’utiliser les câbles haut de gamme qui font la fierté de la haute-fidelité.

En connectant nos amplificateurs de référence en lieu et place du A722, on peut se faire une meilleure opinion de la qualité sonore du A720.  Meilleure aux deux sens du terme car la qualité d’écoute fait un immense bon en avant. Le Revox A720 montre des performances sonores plus actuelles tant pour la partie préampli que pour le tuner. Ce n’est pas encore la transparence et la neutralité absolues d’une électronique haut de gamme actuelle mais on apprécie cependant l’écoute. Le A720 est même assez agréable à utiliser, en dépit du fameux  potentiomètre dont on utilise en fait que le premier centimètre de course, ce qui demande des doigts de fée pour obtenir le niveau sonore souhaité.

Une belle brochette de Revox.

(1) Il n’y eu au final que peu d’appareils audio utilisant les tubes nixie. Pour l’audiophile fétichiste, le graal est bien entendu le tuner SAE mkVI. Ce dernier combine affichage de la fréquence par tubes nixie ET oscilloscope. Difficile de rêver mieux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s